L’artisanat est intrinsèquement lié au quotidien des populations bien dans les matériaux qu’il utilise que dans les thèmes qu’il aborde. Donc, on peut trouver dans cet artisanat des variants susceptibles de reproduire des realités propres de chaque île, dans une diversité qui enrichit l’identité national.
La vannerie de roseau, le tissage en coton et la tapisserie sont des expressions très propres des artisans locaux du Cap-Vert. D’autres matières premières utilisées sont la terre cuite rouge pour façonner l’image de l’homme et de la femme dans leurs quotidiens.
Il n’existent des limites pour l’imagination des artisans, capables de produire des vrais oeuvres d’art avec des matériaux qui pourraient avoir comme seul destin l’ordure, comme c’est le cas de coquille d’oeuf, des chiffons dont sont fabriqués les figurines et poupées pour tous les types de décoration. On peut démarquer aussi les travaux de bijouterie avec des coquillages et le recours à la technique de batik dans la teinture des textiles, une activité avec des racines profondes au Cap-Vert.
Le musée d’Art Traditionnel, à Mindelo, est l’espace privilégié de rencontre avec les plus génuines expressions de l’artisanat du Cap-Vert. Sa fonction est de contribuer pour investiguer, former, produire et commercialiser les plus diverses expressions de l’artisanat national. São Vicente est, en effect, l’île avec majeur vitalité dans le domaine de l’artisanat, dans lequel se démarquent aussi les îles de Boavista, Sal, Santiago et Santo Antão.