L’ ÎLE MYSTIQUE

L’ île de Santo Antão a été découverte par le navigateur portugais Diogo Afonso le 17 Janvier 1462, mais n’a qu’ été colonisé en 1548. Tout a commencé à “Povoação”, actuelle Vila da Ribeira Grande, située dans la region nord, qui a acceulli la première ville de l’île. Mais, actuellement, au long des 779 km2 qui forment le territoire de Santo Antão distribué sur trois communes: Porto Novo, Ribeira Grande et Paúl. Ensemble elles forment la deuxième plus grande île du pays, la plus montagneuse et, peut-être, le plus grand “poumon” vert de tout l’archipel.
Des vallées et d’imposantes montagnes d’en couper la respiration, abruptes et escarpées défiées par la population. Ne vous étonnez pas de voir des maisons dréssées sur des lieux très inhospitaliers et lointains, et sans route d’accès. D’après ce que racontent les plus vieux, entre les montagnes se cachent des lendes et des mythes, entourés de beaucoup de mysticisme, mais qui continuent à persister et
qui font partie des traditions socioculturelles de l’île.
La culture de l’île est aussi riche en musique, qu’en artisanat et en gastronomie variée. Impossible de ne pas goûter aux confitures et liqueurs de Lajedos, le fromage de chèvre et le «grogue» de Santo Antão (eau de vie, faite à partir de la canne saccharine),qui, selon les specialistes, est le meilleur du Cap-Vert.

Ici, on ne peut qu’arriver en bateau, partant de São Vicente, Mindelo. Ce qui augmente le mysticisme d’un voyage à Santo Antão. Une heure de voyage est suffisante pour arriver sur cette île magique. À votre arrivée, Porto Novo vous attend. C’est une ville de pêcheurs, l’entrée de Santo Antão qui est naturellement agricole.
L’île des montagnes, comme elle est connue, s’ assume comme l’une des principales destination du tourisme vert, rural et de l’ ecoturisme du Cap-Vert, grâce à sa diversité paysagiste et à son potentiel pour la pratique de sports en plein air.

Riche en miradors, en sentiers et en chemins pour la pratique de treckking, hiking ou de simples randonnées. Il est impossible de ne pas tomber amoureux de Santo Antão et de ses gens. Il ne manque pas de sites à découvrir. Du Topo de Coroa (le point le plus haut de l’île), auTarrafal do Monte Trigo, passant par Cova (bouilloire du volcan éteint), sans oublier Alto Mira, Planalto Leste, Pico da Cruz, Corvo, Vale do Paul, Passagem, Farol de Lombo de Boi ou Ponta do Sol…Il y a tellement à explorer. Ce qui est vraiment
difficil est d’avoir de l’énergie pour tout.
À cette liste, il faut rajouter aussi Fontainhas, dans la commune de Ribeira Grande, qui en 2016 a été élue par National Geographic, comme le deuxième village avec la vue la plus belle au monde!

ART ET CULTURE

Les fêtes de São João de Porto Novo constituent l’une des plus grandes traditions de l’île de Santo Antão et sont une référence des «Festas Juninas» sur tout l’archipel. Élevées au Patrimoine Culturel Imatériel de la commune en 2013, les fêtes de São João no Porto Novo attirent de plus en plus de touristes et font déjà partie de l’agenda Culturelle du pays. La fête commence au début du moi de juin avec la préparation des «rosários de São João» (les chapelets), des “navios” (des bateaux miniatures utilisés pour danser) et des «coladeiras» (danse traditionnelle) et «tamboreiros » (joueur de tombour) qui se préparent pour la “Kola San Jon” (une danse traditionnelle).

OÙ RESTER
Porto Novo, Ribeira Grande et Paúl ont plusieurs pensions, hôtels et des maisons d’acceuil de tourisme rural, où vous pouvez profitez de quelques traditions et expériences de la manière d’être et de vivre du cap-verdien. L’île est en train d’investir fortemente sur l’acceuil touristique et il y a de plus en plus de nouvelles unités hôtelières.

OÙ MANGER
La gastronomie de Santo Antão est riche et variée, vu qu’il sagit d’ une île agrícole et de pêcheurs. Poissons, fruits de mer etes crustacers où excelle la traditionnelle lagouste ou une bonne «Garoupa» (du
poisson) grillée, sans oublier la célèbre «Cachupa» du Cap-Vert ou la typique «caldeirada de cabrito com feijão» (plat de viande de chèvre). Pour déssert vous pouvez toujours déguster des fruits de l’époque ou vous rendre à un délicieux fromage blanc de chèvre avec de la confiture ou de la compote de papaya ou de goyave.

OÙ ACHETER

Dans les trois communes, vous trouverez des magasins avec des souvenirs made in Santo Antão, comme le grogue, les confitures, les compotes et les liceurs, mais aussi de l’artisanat et des bijoux faits à partir de matières primaires naturelles, comme par exemple les feuilles de bananier ou des graines. Les poupées en chiffon ou un tambour de São João sont des souvenirs parfaits.queijo-santo-antao